Le Plan de soutien aux investissements en agriculture passera de 95 millions de dollars sur cinq ans à 195 millions

Le Plan de soutien aux investissements en agriculture passera de 95 millions de dollars sur cinq ans à 195 millions. Une excellente nouvelle pour la réalisation de projets porcins dans toutes les régions du Québec afin de répondre aux attentes de plus en plus exigeantes des consommateurs en matière de bien-être animal.

Les demandes du secteur porcin entendues

Cette mesure rassurera les éleveurs de porcs qui avaient déjà soumis un projet d’investissement en matière de bien-être animal et d’efficacité énergétique au ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ). Depuis la création du programme en novembre dernier, plus de 600 demandes ont été soumises par des éleveurs de porcs. Les demandes reçues depuis l’automne dépassent nettement le budget initial prévu au Plan de soutien.

« En doublant les montants prévus dans ce programme, le gouvernement permet la réalisation de projets d’investissements porcins dans toutes les régions du Québec. Cela rassurera de nombreux éleveurs qui ont besoin de ce soutien pour réaliser leur plan de modernisation de leurs installations. Le message que nous avons lancé aux élus a été entendu », se félicite David Duval, président des Éleveurs de porcs du Québec.

Un projet économique ambitieux
Depuis 2015, les Éleveurs de porcs du Québec et l’ensemble de la filière porcine travaillent à la réalisation d’un projet économique incluant des investissements d’un milliard de dollars de la part du secteur. Ces investissements visent, entre autres, une mise à niveau des entreprises porcines pour répondre aux attentes de plus en plus exigeantes des consommateurs en matière de bien-être animal. Les éleveurs souhaitent aussi préserver leur compétitivité et profiter des occasions d’affaires qu’offrent les marchés d’exportation.

En raison de la conjoncture commerciale des dernières années qui leur a été favorable, les entreprises d’abattage et de transformation ont procédé à des investissements de plusieurs centaines de millions. Pendant ce temps, les bâtiments d’élevage n’ont pu bénéficier d’investissements équivalents. Cela a créé un déséquilibre entre la capacité d’abattage et de production dans le secteur porcin québécois.

« La bonification du Plan d’investissement aidera les éleveurs de porcs à rattraper le retard d’investissement accumulé. Nous souhaitons avoir un impact positif pour l’économie du Québec. En ce sens, chaque mois qui passe sans investir dans nos bâtiments constitue un rendez-vous manqué », affirme David Duval.

Inquiétudes quant à la disponibilité des sommes
Les Éleveurs de porcs comprennent les raisons qui incitent le gouvernement à répartir le Plan d’investissement sur cinq ans. Par contre, une certaine inquiétude subsiste par rapport au moment où les sommes seront décaissées. En effet, les besoins ne seront pas répartis également sur l’ensemble de la durée du programme. Les Éleveurs de porcs demandent au gouvernement de faire preuve de flexibilité pour répondre aux besoins des éleveurs.

« Un éleveur qui a un dossier complet et qui est prêt à procéder doit pouvoir investir immédiatement. Nous offrons notre collaboration au MAPAQ pour que ce programme remplisse pleinement ses objectifs et que l’économie québécoise en profite au maximum. », explique le président des Éleveurs de porcs du Québec.

Enfin, l’incertitude demeure quant à la capacité du programme à répondre aux besoins de nouvelles inscriptions. Les Éleveurs de porcs du Québec recommanderont à tous leurs membres qui ne l’ont pas encore fait d’inscrire le plus rapidement possible un projet au MAPAQ.

À propos des Éleveurs de porcs du Québec
Les Éleveurs de porcs du Québec représentent les intérêts de leurs 3 100 membres, répartis dans sept groupes régionaux. Le secteur porcin génère des retombées économiques de plus de 2,55 milliards de dollars dont bénéficient toutes les régions de la province. Au Québec, la filière porcine emploie 26 500 personnes. Environ 70 % de la production porcine québécoise est exportée, ce qui représente près de 45 % des exportations canadiennes en termes de valeur. Le porc du Québec est exporté dans plus de 80 pays, ce qui représente 8 % du commerce mondial du porc.

SOURCE Les Éleveurs de porcs du Québec

Renseignements : et entrevues : Merlin Trottier-Picard, 514 912-1875, mtrottierpicard@leseleveursdeporcs.quebec

print
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *